Skip to main content

Bien réussir en entrevue

Bien réussir en entrevue

par Thad Peterson
Rédacteur de l’équipe Monster

Comme beaucoup d’autres conseillers experts en orientation professionnelle, Steve Fogarty, un partenaire en dotation de l’agence de relations publiques Waggener Edstrom, indique que les candidats devraient tous rechercher l’entreprise en profondeur avant de se pointer à l’entrevue. Même si l’entrevue est pour un cabinet privé, ce n’est pas une excuse suffisante pour s’absenter de ce devoir.

Quand on veut, on peut. Lorsqu’il y a moyen de trouver des renseignements sur l’employeur, celui-ci peut alors «distinguer lequel est un excellent candidat et lequel est un bon candidat», précise Fogarty.

Prenons en exemple l’entreprise de Fogarty, une agence de relations publiques large et indépendante. Il dit que si quelqu’un voulait se renseigner au sujet de Waggener Edstrom, le candidat pourrait s’y prendre de différentes manières. En plus de visiter leur site web, se joindre à une Association du genre de la Public Relations Society of North America (La Société canadienne des Relations publiques pour le Canada) presqu’assurément donnerait la chance au chercheur de rencontrer quelqu’un qui y travaille.

Fogarty offre une autre méthode, quoique moins conventionnelle : «Les gens pourraient trouver un communiqué qu’un de nos attachés de presse aurait écrit et ensuite contacter cette personne en lui disant : «J’ai lu votre communiqué. Il est très bien écrit. Est-ce que je pourrais vous demander quelques questions? Je fais une recherche à propos de votre agence.» C’est une bonne manière de se renseigner.»

Quelles seraient les autres choses à faire pour améliorer vos chances pendant l’entrevue? Essayez les autres conseils de Fogarty :

Soyez précis

Les candidats qui placotent sont une des fautes les plus populaires que Fogarty voit. «Vous devez écoutez attentivement la question et y répondre de manière précise,» dit-il. «Tellement de gens ont de la difficulté avec ce principe, qui est pourtant simple. On leur pose une question, et ils la détournent en se lançant dans une digression. Ils pensent peut-être que ce qu’ils disent est intéressant, mais ils n’ont pas répondu à la question.»

Fournissez des exemples

Il y a une différence entre dire ce qu’on peut faire et donner des exemples de ce qu’on a fait. «Apportez une mallette d’exemples de ce que vous avez fait avec vous à l’entrevue, » avise Fogarty. «Lorsque vous allez à une entrevue, vous devriez être préparé en ayant en tête quelques exemples de questions que l’intervieweur pourrait vous demander, selon les exigences du poste. Songez à des exemples précis et stratégiques de travail bien fait, et lorsque la question est posée, répondez-y avec des détails spécifiques et non des généralités. Vous devriez répondre par «Oui, j’ai déjà fait ça. Voici un exemple de ce qui m’est arrivé»… et retournez ensuite la question à l’intervieweur, «Ai-je répondu à votre question?»»

Soyez honnête

Sans trop savoir pourquoi, certains candidats ont l’impression qu’il est mieux de badiner autour des questions difficiles. «Si vous ne possédez pas une certaine compétence, dites-le. N’essayez pas de le cacher dans votre réponse en utilisant des exemples qui ne sont pas reliés. C’est mieux de répondre que vous ne possédez pas cette compétence, mais que vous possédez peut-être quelque chose qui est apparenté, et que vous seriez heureux d’en discuter avec eux, s’ils veulent bien vous écouter.

Restez sur vos gardes

D’après Fogarty, vous pouvez divisez les recruteurs en deux catégories. Il y a ceux qui sont très sérieux et stricte. Les candidats devraient alors les prendre au sérieux lorsqu’ils font affaire avec eux.

«Et puis il existe les recruteurs comme moi,» explique-t-il en rigolant. «Je serai le meilleur ami des candidats quand ils me téléphonent. Ma technique est de les mettre à l’aise, parce que je veux qu’ils me disent tout. C’est à ce moment que plusieurs candidats commettent des erreurs à ce sujet. Ils se disent, «Ce gars-là est cool, je peux lui raconter n’importe quoi». Et puis ils vont un peu trop loin.» Par conséquent, certains candidats risquent de se voir hors-course. N’oubliez-pas : maintenez toujours votre professionnalisme.

Demandez d’excellentes questions

Fogarty indique que rien ne l’impressionne davantage qu’une vraiment bonne question qui démontre que non seulement le candidat a fait sa recherche sur l’entreprise, mais aussi sur le poste en question. «Ça me dit : Wow, cette personne a vraiment fait ses devoirs. Ils connaissent non seulement l’entreprise, mais aussi à propos du poste.»

Traduit par Josée Mercier


Donnez-nous votre opinion!