Cinq postes à plus de 50 000 $ sans diplôme collégial ou universitaire

Cinq postes à plus de 50 000 $ sans diplôme collégial ou universitaire

Par Mark Swartz
Collaborateur principal de Monster
 
Peut-être avez-vous votre diplôme d’études secondaires mais n’avez pas eu la chance d’aller au cégep ou à l’université. Vous remarquez autour de vous que bon nombre de ceux qui ont fait des études plus avancées font aujourd’hui de bons salaires. Est-ce que l’absence d’un diplôme supérieur vous interdit vraiment l’accès à des postes plus rémunérateurs?
 
Pas si vous êtes disposé à faire un peu de travail sur le terrain et à mettre la main à la pâte. Il y a plusieurs métiers auxquels vous pourriez vous intéresser. Normalement, vous devriez apprendre un métier ou suivre des études spéciales pour obtenir un titre de compétences quelconque, mais ce n’est pas toujours le cas.
 
Cinq carrières à 50 000 $ et plus à envisager
 
Vous pensez peut-être que les emplois offrant un salaire élevé sont réservés à ceux qui ont un diplôme postsecondaire ou universitaire. En fait, un peu plus de la moitié des Canadiens entre 25 et 65 ans ont suivi ce type d’études. Ce qui veut dire qu’une bonne partie de notre main-d’œuvre n’a pas ces diplômes.
 
Voici quelques exemples de carrières pouvant offrir un salaire annuel d’au moins 50 000 $ sans diplôme collégial ou universitaire.
 
Mécanicien, électricien, plombier et 200 autres métiers
 
Selon le site Web metiersspecialises.ca, les métiers spécialisés dans quelques secteurs importants représentent plus de 25 % du marché canadien du travail :
 
  • Fabrication : plus de 2,3 millions de travailleurs 
  • Mécanique automobile et entretien : plus de 250 000 travailleurs 
  • Mines et pétrole : environ 500 000 travailleurs
 
Pour bon nombre de métiers spécialisés, vous devrez avoir suivi une formation d’apprenti. Cela représente une période de deux à cinq ans au cours de laquelle vous apprendrez toutes les ficelles du métier et obtiendrez une accréditation sous la supervision de spécialistes dûment formés du secteur.
 
On s’attend à une pénurie sans précédent de travailleurs qualifiés d’ici les dix prochaines années à mesure que les travailleurs plus âgés prendront leur retraite en grand nombre. Pourquoi ne pas examiner cette option dès maintenant?
 
Vente à la commission
 
Que dites-vous de l’idée d’avoir un potentiel de gains illimité? Êtes-vous le genre de personne qui n’a pas peur de conclure une vente avec des gens ou des entreprises?
 
Si c’est le cas, alors la vente à commission pourrait constituer une option de carrière intéressante. Ce qui est formidable dans ce secteur d’activité, c’est que votre salaire est proportionnel à votre production. Vous obtenez un pourcentage sur chacune de vos ventes; donc, plus vous vendez et plus vous faites d’argent.
 
On trouve ce type d’emplois dans pratiquement toutes les industries et tous les secteurs imaginables : immobilier, automobile, commerce de détail, ordinateur... et bien plus encore!
 
L’inconvénient, c’est que vous devez toujours atteindre les objectifs de vente fixés par votre supérieur. Cela peut créer beaucoup de pression et donner parfois l’envie d’ignorer les règles d’éthique. D’autre part, si vous savez vous mettre dans la peau de vos clients, vous pouvez vous bâtir la réputation de quelqu’un qui résout les problèmes et qui se démarque toujours en fournissant des solutions pratiques.
 
Artiste, musicien, rédacteur et autres métiers créatifs
 
Vous êtes un guitariste moyen? Ou vous dansez comme un dieu? Ou encore vous êtes capable de créer des éléments graphiques ou des documents qui plaisent à d’autres.
 
Vous êtes peut-être un artiste en herbe. Si c’est le cas, vous avez alors quelque chose à offrir à des employeurs dans un grand nombre d’industries et de secteurs.
 
Pour ce qui est des éléments graphiques, les agences de publicité et les entreprises de marketing ont besoin de personnes capables de créer des images attrayantes, soit à la main ou à l’ordinateur. Les maisons de mode ont également besoin de dessinateurs de talent.
 
Les rédacteurs peuvent gagner décemment leur vie en faisant de la rédaction technique, du journalisme ou encore des chroniques en ligne pour des sites établis. Quant aux musiciens, ils peuvent travailler pour des agences de publicité lorsqu’elles ont besoin d’une chanson ou d’un air pour une annonce. Ou encore ils peuvent jouer devant les clients de clubs et de bars.
 
Entrepreneur ou travailleur autonome
 
Pour travailler à son compte, il faut d’abord avoir une idée et la faire avancer avec toute l’énergie requise pour mener un projet un terme.
 
Mary Kay Ash (Cosmétiques Mary Kay), Simon Cowell (créateur d’American Idol), Walt Disney (Disney World), Bill Gates (Microsoft), voilà autant d’entrepreneurs immensément prospères qui ont fait fortune sans diplôme postsecondaire.
 
Entre 12 et 18 % des travailleurs canadiens, selon la conjoncture, gagnent leur vie en travaillant à leur compte. Vous pouvez vous joindre à eux en devenant un entrepreneur qui démarre une entreprise ou un organisme à but non lucratif, soit à titre de consultant qui vend ses compétences, ou comme sous-traitant qui représente une variété de produits ou de services élaborés par d’autres.
 
Chauffeur de camion ou de taxi
 
Si vous êtes un camionneur, vous frissonnez peut-être à l’idée de rouler sur une belle route sinueuse. Changer les vitesses et faire des virages qui effraieraient l’automobiliste typique font monter votre taux d’adrénaline.
 
Comme chauffeur de taxi, vous vous faites une fierté de connaître toutes les routes de la région et de pouvoir emmener vos passagers d’un point à un autre, en toute sécurité et à temps.
 
Dans un cas comme dans l’autre, le fait de savoir conduire vous démarque déjà. Pas besoin d’un diplôme supérieur dans ce cas-ci, même s’il vous faudra obtenir un permis commercial approprié. Habituellement, plus vous passez de temps sur la route et plus élevée est la paye.
 
Envisagez des carrières plus payantes qui ne demandent pas de diplômes supérieurs
 
Chaque fois que vous faites appel à un plombier ou à un chauffeur de taxi, que vous écoutez un groupe qui progresse ou que vous achetez quelque chose à un vendeur à commission, vous traitez sans doute avec une personne qui n’a pas de diplôme supérieur.
 
Cela veut dire que le marché de l’emploi est vaste et souple. Vous aussi pouvez gagner décemment votre vie sans diplôme collégial ou universitaire. En travaillant sur une chaîne de montage dans une usine. En conduisant une excavatrice de tranchées. En dessinant une nouvelle ligne de vêtements ou une affiche.
 
Il y a toutes sortes d’emplois de plus de 50 000 $ qui n’exigent pas que vous ayez un diplôme supérieur. Examinez les options qui s’offrent à vous et vous pourriez faire un jour des revenus bien au-delà de vos attentes.