Créer des contacts n'est pas nécessairement «téteux»

Créer des contacts n'est pas nécessairement «téteux»

Commencez par les gens que vous connaissez.
par Peter Vogt

Comment réagissez-vous à l’idée de créer des contacts pour en savoir plus sur un emploi ou pour obtenir des tuyaux? Si vous êtes comme la plupart des étudiants et des jeunes diplômés, vous devez frémir d’horreur rien que d’y penser.

Voilà deux ans, j’ai interviewé une jeune diplômée en vue d’écrire un article sur la recherche d’emploi après l’obtention du diplôme. J’ai demandé à la jeune fille si elle avait entrepris d’établir un réseau de relations pour amorcer sa recherche d’emploi, comme on le lui avait certainement recommandé. Sa réponse m’a décontenancé : «Quand on pense aux réseaux de contacts, mes amis et moi, on ne peut tout simplement pas supporter l’idée de rencontrer des gens pour leur quêter un emploi. Ça fait trop "téteux".»

Après cette conversation, je me suis penché sur ma propre conception des réseaux de relations et j’ai réfléchi à l’idée que je m’en faisais quand j’étais étudiant, puis tout de suite après avoir obtenu mon diplôme. À bien y penser, mes impressions à cette époque étaient très similaires à celles de l’étudiante que j’avais interviewée. Pour moi, établir des relations signifiait rencontrer un tas de gens en complets-veston réunis à un «goûter» ou à un «déjeuner-dîner», qui vous serraient la main en vous tendant leur carte de visite. Tout cela me semblait très hypocrite : ces gens se réunissaient principalement pour donner l’impression de s’intéresser aux autres, alors qu’en fait, ils ne désiraient que s’utiliser mutuellement. En un mot : ouache!

Heureusement, je me trompais! Mais ne vous méprenez pas : il se passe beaucoup de cartes professionnelles dans ce genre de réunion et certaines des personnes qui y assistent cherchent effectivement à obtenir bien plus que ce qu’elles ont à offrir. Mais ce n’est pas toujours le cas. En fait, la plupart du temps, cela se passe autrement.

Il existe de multiples façons «sûres» et «non téteuses» (mais cependant très efficaces) d’établir des relations. Et elles font toutes appel à des gens que vous connaissez déjà.

Vous n’êtes pas obligé d’amorcer votre réseau de relations en assistant à des goûters formels ou en téléphonant sur le vif à des étrangers. Commencez plutôt par rencontrer les gens qui jouent déjà un rôle important dans votre vie, des gens avec qui vous êtes à l’aise. Par exemple :

  • Votre famille. Étrangement, nous oublions souvent que notre famille peut recéler des contacts très intéressants. Vos parents connaissent beaucoup de gens, de même que vos oncles, vos tantes, vous cousins et cousines ainsi que vos grands-parents. Ils sont tous déjà passés par le marché du travail et sont peut-être même allés à l’école avec des personnes importantes qui ont des amis qui travaillent dans le domaine dans lequel vous voulez percer. Commencez par exploiter les ressources facilement accessibles de votre famille.

  • Vos professeurs et autres professionnels sur le campus. La plupart des professeurs sont bien connus dans leur domaine, et beaucoup d’entre eux entretiennent leurs relations avec d’anciens étudiants aujourd’hui sur le marché du travail. De même, les conseillers des centres d’emploi et autres professionnels de la vie étudiante (personnel des résidences, personnel des activités sur campus et agents d’aide scolaire) connaissent beaucoup de monde, tant sur le campus qu’en dehors. Sans compter l’adjointe administrative de votre département qui, au fait de tout, constitue une ressource inestimable!

  • Vos amis. Votre meilleur ami connaît des gens, tout comme les membres de sa famille. Votre colocataire a une mère et une sœur qui connaissent des gens. Votre ami du secondaire qui étudie à l’autre bout du pays connaît des gens. Vous pigez?

  • Tous les autres à qui vous faites confiance. Parlez surtout aux gens dont le travail les amène à rencontrer beaucoup de monde : le curé de votre paroisse, votre médecin de famille, votre superviseur de stage et même votre coiffeur.

Le terme «réseau» ne veut rien dire de plus que «parler aux gens». Et rien ne vous oblige à parler uniquement à des étrangers. Alors quand vient le temps d’établir des relations, ne vous inquiétez pas des complets-veston, des cartes professionnelles pompeuses, des poignées de main molles et des dîners formels. Rien de tout cela n’est nécessaire. Parlez simplement avec les gens que vous connaissez.