Dans votre C.V., mentionnez votre expérience de la bonne façon

Dans votre C.V., mentionnez votre expérience de la bonne façon

 

 


Par John Rossheim
Collaborateur principal de Monster


Lorsque des travailleurs plus âgés se retrouvent sur le marché du travail, ils ont tendance à suivre deux stratégies courantes, et peu judicieuses, pour préparer leur C.V.

Bien des chercheurs d’emplois de 40 ans et plus adoptent l’attitude du « Je suis comme je suis ». Estimant inutile de redéfinir les moments déterminants de leurs carrières, ils se contentent de mettre à jour leur C.V. chronologique classique en décrivant brièvement les projets récents, et en éliminant quelques lignes dans le bas du C.V. pour abréger (et non pas éliminer) la mention d’une entreprise qu’ils ont quittée il y a un quart de siècle.

L’approche opposée, souvent adoptée par crainte des préjugés sur l’âge et de l’obsolescence professionnelle, se résume à « Je suis ce qu’ils veulent bien que je sois ». Sous l’influence d’amis bien intentionnés ou de livres percutants pour autodidactes, ces chercheurs d’emplois plus âgés reprennent tout le processus depuis le début, et se crée avec soin une toute nouvelle identité professionnelle intemporelle qui réponde précisément aux besoins de l’entreprise recruteuse du jour. Il en résulte un C.V. fonctionnel tellement bien peaufiné qu’il relève de la fiction.

Les spécialistes de l’emploi recommandent une bien meilleure solution : le juste milieu. Les travailleurs doivent souligner leurs réalisations les plus récentes et les plus importantes en des termes qui plairont aux recruteurs et cadres recruteurs plus jeunes, en personnalisant chaque C.V. de façon à répondre directement aux besoins des employeurs potentiels, sans se plier aux moindres exigences de chaque affichage de poste. Voici comment s’y prendre.

La sempiternelle question : quel format de C.V. adopter?

Le choix du format de C.V. peut sembler une décision tellement importante qu’elle paralyse littéralement certains chercheurs d’emplois de 40 ans et plus. Le bon sens constitue sans doute la meilleure approche.

« Il n’y a pas lieu de maquiller les dates des antécédents professionnels, mais ne défilez pas toutes les dates », indique Sarah Hightower Hill, chef de la direction de Chandler Hill Partners, une entreprise de stratégies de recherche de carrières.

De nombreux spécialistes suggèrent de limiter dans le temps les antécédents professionnels. « L’expérience remontant à plus de 10 ans n’est pas pertinente, parce que le milieu du travail a tellement changé », précise Carleen MacKay, un chef des services professionnels de l’agence de dotation Spherion.

Quant à vos études, certains diplômes peuvent être perçus comme étant périmés. Une solution : indiquez les dates pour des antécédents professionnels sur une courte période de temps, mais n’en faites pas mention dans la section des études de votre C.V.

Mettez l’accent sur les réalisations, pas sur les années d’expérience

Les nombreuses dates trop reculées ne constituent pas l’unique facteur de vieillissement d’un C.V. Une autre erreur courante consiste à vanter sa très vaste expérience comme s’il s’agissait d’une vertu en soi. Par contre, les réalisations récentes et pertinentes par rapport au poste offert « rajeuniront » pour ainsi dire le candidat.

Au moment de rédiger votre C.V., comparez-vous aux travailleurs plus jeunes actuellement sur le marché du travail et qui savent ce que recherchent les employeurs. Revendiquer une expérience aussi longue que la durée d’existence d’une industrie peut faire courir un autre risque aux candidats plus âgés : celui d’être perçus comme étant surqualifiés. Évitez cette distinction douteuse en laissant de côté les réalisations prestigieuses sans mesure immédiate avec l’emploi actuellement offert.

Abordez de front la question de la technologie

Que vous soyez un programmeur analyste ou un directeur commercial, votre C.V. doit pouvoir atténuer les réserves de l’employeur potentiel face à vos connaissances techniques.

Ce qui inquiète notamment les employeurs relativement au recrutement de travailleurs plus âgés, c’est que ces derniers n’aient pas suivi l’évolution technologique. Alors précisez tout ce que vous avez obtenu dans ce domaine, qu’il s’agisse d’une longue liste d’accréditations ou de la simple mention d’une formation sur un logiciel de productivité au bureau que vous avez suivie.

D’autre part, vous ne pouvez pas ignorer le fait que bien des employeurs, surtout les grandes entreprises, trient les milliers de C.V. qu’ils reçoivent en analysant les mots clés qu’ils contiennent, surtout pour les postes techniques. Avec l’aide d’un ami ou d’un collègue avisé, passez votre C.V. au peigne fin pour vous assurer qu’il « parle » la langue actuelle de l’industrie ciblée.