Dois-je poursuivre mes études... ou acquérir une expérience technique?

Dois-je poursuivre mes études... ou acquérir une expérience technique?

par Allan Hoffman

Jason Legate était étudiant de première année en musique lorsqu'il se rend compte qu'il veut cesser d'étudier (du moins, pendant un certain temps). Déjà rompu à l'informatique, Legate s'aperçoit que ses connaissances techniques pourraient s'avérer dépassées dans quelques années.

«Si j'avais continué mes études en musique et délaissé l'informatique, toutes les connaissances que j'avais acquises au collège me seraient devenues inutiles cinq ans plus tard», dit l'étudiant âgé de 19 ans, qui occupe présentement le poste de gestionnaire de site chez SiteSmith, entreprise de services Internet.

S'agit-il d'un cas typique? Pas vraiment, mais il est certain que la multitude de possibilités offertes présentement sur le marché de l'emploi aux professionnels de la technologie, particulièrement ceux qui possèdent une expertise dans des domaines tels que la réseautique et la création de sites Web, incitent certaines personnes à renoncer à leurs études universitaires ou du moins à les mettre en veilleuse. En effet, pour de nombreuses entreprises, ce sont les connaissances techniques qui priment avant tout, bien plus que n'importe quel diplôme.

«Nous sommes en présence d'un marché axé sur les connaissances», dit Michael Chasen, président et cofondateur de Blackboard Inc., nouvelle entreprise qui emploie des programmeurs en langages Perl et Java. Constamment à la recherche de ce type de compétences, elle peut déterminer à partir d'une simple entrevue téléphonique de quinze minutes si le candidat sait de quoi il parle. «Nous ne vérifions presque jamais s'ils possèdent un diplôme de premier cycle», ajoute-t-il.

Il en va de même pour le personnel de production de Hydrogen Media, une firme de solutions Internet. «Nous n'exigeons aucun diplôme en particulier, dit Mark Smith, spécialiste en recrutement. Ce qui nous intéresse, ce sont les compétences.»

Cela ne signifie pas pour autant qu'un diplôme ne vaut plus rien, loin de là. Les études permettent souvent aux jeunes gens d'acquérir de la maturité et, par conséquent, de pouvoir mieux cibler leurs objectifs de carrière. Sans compter que bien des entreprises qui ont besoin de professionnels dans le domaine de la technologie recherchent encore des candidats possédant un baccalauréat. De plus, l'absence de diplôme peut parfois constituer un frein à l'avancement, surtout lorsqu'un employé cherche à s'élever au poste de chargé de projet. Au-delà de ces considérations, lorsqu'une personne arrive sur le marché du travail sans diplôme, cela signifie qu'elle devra acquérir des compétences et de l'expérience par elle-même, souvent en lisant beaucoup, en faisant du bénévolat, en travaillant à temps partiel ou en suivant des stages.

Le bon endroit? Les bonnes compétences?

Avant de décider de faire le saut vers le travail à temps plein dès la fin de vos études postsecondaires (ou tout simplement de renoncer à ces études), explorez le marché de l'emploi afin de déterminer si vos compétences sont très en demande. Si vous habitez dans une région où les «technos» sont très recherchés, vous êtes en meilleure position pour effectuer une telle transition. Vous devez saisir l'opportunité, comme Legate a pu le constater. Il possédait déjà de l'expérience en réseautique et en gestion de systèmes, qu'il avait acquise dans le cadre d'emplois d'été et à titre de consultant. «Je me suis trouvé au bon endroit, au bon moment, et je possédais des compétences recherchées, dit-il. Si j'avais fait la même chose deux années plus tôt, je n'aurais peut-être pas eu autant de chance.»

Votre âge peut entrer en ligne de compte.

Si vous sortez à peine de l'école secondaire ou n'avez à votre actif que une ou deux années d'études collégiales, les employeurs pourraient se méfier et craindre que vous manquiez de maturité pour occuper un emploi chez eux. Comment surmonter ce problème? Les références peuvent être utiles, tout comme de l'expérience dans le domaine des technologies de l'information. Servez-vous de votre curriculum vitæ et profitez des entrevues pour démontrer votre maturité, en expliquant en détail les projets que vous avez menés à bien, en indiquant que vous faisiez partie d'une équipe, et en mentionnant tout autre détail démontrant que vous êtes une personne responsable et capable de travailler avec d'autres.

Acquérir de l'expérience à tout prix.

Sans diplôme, l'expérience est essentielle. Si vous n'avez pas terminé vos études, et que vous prévoyez faire le saut dans le marché du travail, essayez d'obtenir un emploi au centre informatique de votre établissement d'enseignement ou au sein d'une entreprise de votre région qui emploie de la main-d'oeuvre à temps partiel. «Acceptez les emplois d'été, même s'il s'agit de stages, dit Legate. Créez des liens le plus rapidement possible, et évitez de couper des ponts.» Legate attribue sa capacité à accéder si jeune au marché du travail dans le domaine des TI à cette combinaison d'expertise et de relations. Il a saisi sa chance lorsqu'un de ses anciens employeurs lui a téléphoné pour lui offrir un poste chez AboveNet, où il a fini par obtenir un emploi à temps plein.