Skip to main content

Les erreurs courantes commises par les stagiaires au travail

Les erreurs courantes commises par les stagiaires au travail

Par Joe Issid

Historiquement, la culture populaire classe les stagiaires dans deux catégories bien distinctes :  

1. des serviteurs à la merci d’un patron maniaque;

 2. des péons, cruellement sous-utilisés. 

Comme c’est souvent le cas, la vérité se cache quelque part entre les deux. De toute évidence, le stage constitue une excellente occasion d’acquérir de l’expérience sur le marché du travail. Cela dit, l’inexpérience du candidat joue en sa défaveur et il risquera souvent de commettre des erreurs qui le feront mal paraître. Je ne dis pas que les employeurs n’y sont pour rien, mais j’ai constaté, au fil du temps, certains comportements récurrents généralement faciles à éviter. Si vous envisagez de poser votre candidature pour un stage, voici quelques erreurs courantes commises par les stagiaires et quelques suggestions sur la façon de les éviter.

 

Se faire trop d’attentes

Je ne dis pas qu’un stagiaire devrait abandonner tout espoir d’acquérir de l’expérience pertinente ni qu’il devrait s’attendre à être traité différemment des autres employés. Le fait est que la majorité des stages sont temporaires et ne permettront pas de décrocher un poste au sein de l’entreprise. Si vous recevez une offre de stage, assurez-vous de connaître vos droits et vos obligations avant de l’accepter. Pas question de sacrifier d’autres bonnes opportunités en vous appuyant sur des attentes non fondées. J’ai vu beaucoup trop de stagiaires caresser l’espoir que l’entreprise leur offre une rémunération additionnelle, du simple fait qu’ils se sont défoncés au travail. Assurez-vous que tous les détails soient bien clairs dès le début afin d’éviter d’éventuels conflits.

 

Mettre le minimum d’efforts

Au fil des ans, j’ai recruté ma juste part de stagiaires et plusieurs d’entre eux n’avaient tout simplement pas la motivation pour faire le travail confié. Je me suis alors souvent demandé pourquoi le stagiaire prenait la peine de se présenter au travail sans être toutefois disposé à y mettre les efforts. Si vous décrochez un stage, vous devez remplir votre part du contrat. L’employeur vous offre une occasion, ne la laissez pas filer en étant paresseux et désinvolte. Croyez-moi, aucun employeur ne voudra garder un stagiaire improductif ou peu sérieux.

 

Négliger l’apprentissage

La très grande partie des stages offrent la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences et d’avoir une idée du fonctionnement d’une entreprise ou d’une industrie. Par définition, un stage n’est pas « officiellement » un emploi : c’est un programme de formation qui vous permettra ultérieurement de décrocher un poste. Trop de stagiaires omettent de voir le stage comme une excellente occasion d’apprentissage. Je vous conseille fortement de considérer le stage comme le prolongement de vos études et comme un moyen pratique d’envisager une carrière potentielle. Prenez le temps de poser des questions, portez-vous volontaire pour exécuter d’autres tâches et apprenez le nom de tous les gens que vous croiserez. Utilisez votre stage pour apprendre et faire du réseautage et vous en retirerez beaucoup plus d’avantages que de faire simplement acte de présence.

 

Être trop timide

Même les stages les mieux organisés peuvent débuter lentement et amener les stagiaires à s’ennuyer et à se sentir inutiles. Souvent, l’entreprise n’a simplement pas le temps de bien vous former ou de vous fournir immédiatement les ressources nécessaires à l’exécution de vos tâches. Si le rythme vous semble trop lent, ne restez pas assis à ne rien faire : trop de stages sont gaspillés par un excès de timidité ou de passivité. Je vous encouragerais à être proactif et à demander du travail. Par expérience, les stagiaires les plus efficaces sont ceux qui se sont retroussés les manches et qui se sont jetés dans la mêlée de leur propre initiative. Rien ne vous fera apprendre plus vite qu’une expérience concrète.

 

Se plaindre

Les plaignards obtiennent rarement satisfaction. À tort ou à raison, les stagiaires ont la mauvaise réputation de croire qu’ils peuvent exprimer ouvertement leurs doléances (souvent mineures). Même s’il est parfois légitime de faire part de ses récriminations, se plaindre des tâches courantes à exécuter n’est jamais bien perçu. En fait, les tâches attribuées durant votre stage s’apparentent sans doute beaucoup à celles que vous exécuterez dans votre premier véritable emploi. Il est peu probable que votre employeur invente ces tâches; celles-ci vous sont confiées parce que le travail doit être fait! À moins d’être victime d’une réelle injustice, il vous faudra prendre votre mal en patience, le sourire aux lèvres. 

Se plaindre est souvent le premier pas pour se faire montrer la porte.


Donnez-nous votre opinion!

Back to top