Skip to main content

Réalisations à ne pas inclure dans un curriculum vitae

Réalisations à ne pas inclure dans un curriculum vitae

Réalisations à ne pas inclure dans un curriculum vitae


Par Kim Isaacs
Spécialiste Monster en CV
 
Une liste étoffée de réalisations peut démontrer votre éthique professionnelle et votre capacité à atteindre des résultats. Mais il est préférable d’en taire certaines et d’y penser à deux fois avant de les inclure.

Les exagérations

On connaît le dicton, « Si c’est trop beau pour être vrai, c’est probablement que ça l’est ». C’est ce que certains employeurs se disent en lisant des réalisations inventées – comme celles du représentant qui se targue de ventes de 10 M$, alors que le chiffre d’affaires de l’entreprise n’atteint que 2 M$, ou l’administrateur de réseau qui a conçu et mis sur pied une infrastructure qui soutient 50 000 utilisateurs… en sept jours! Des réalisations exagérées n’ont pas leur place dans un curriculum vitae.

« Dans la description d’améliorations dont on est l’auteur, une hausse de la qualité de 100 % ou la réduction d’erreurs à zéro semblent improbables. Il est préférable d’utiliser des chiffres précis, de sorte qu’une hausse de 98,7 % ajoute de la crédibilité à la réalisation », indique Marty Weitzman, rédacteur de curriculum vitae accrédité et directeur de Gilbert Resumes, entreprise de rédaction de CV d’Englishtown (New Jersey).

Si vos réalisations sont réellement exceptionnelles, incluez-les en y joignant des preuves comme un prix ou une mention élogieuse, un lien vers un communiqué de presse ou la citation d’un supérieur soulignant les résultats.

Les détails superflus

Il est difficile de taire des réalisations dont on est fier, mais il faut omettre celles qui ne sont pas liées à l’objectif du moment.

« Les CV sont classés comme les sites Web dans Google : plus le contenu est pertinent, plus on avance de rang dans la pile », déclare Jared Redick, directeur de The Resume Studio, entreprise de rédaction de CV établie à San Francisco. M. Redick conseille à ses clients de mettre l’accent sur les réalisations qu’un employeur éventuel considérera comme importantes. « Adressez-vous à votre destinataire plutôt qu’à votre amour-propre », ajoute-t-il.

Si vous êtes en début de carrière ou si vous désirez changer de domaine, et que vos réalisations sont modestes, faites valoir des compétences transférables qui démontrent votre potentiel de réussite dans la nouvelle carrière.

Le passé lointain

Il faut distinguer la rédaction d’un curriculum vitae de celle de ses mémoires. En général, les employeurs s’intéressent aux postes occupés au cours des 10 ou 15 dernières années. Si vous expliquez en détail toutes vos réalisations antérieures au milieu des années 1990, révisez votre CV et ne conservez que l’essentiel.

« On peut mentionner des postes occupés il y a longtemps, dans une section particulière pour illustrer la chronologie de son parcours professionnel. Cependant, l’ajout de réalisations dépassées n’est souvent rien de moins qu’un gaspillage d’espace », indique M. Weitzman.

Renseignements subjectifs

Il vous appartient d’inclure des réalisations qui risquent de vous exposer à la discrimination. Gerry Crispin, spécialiste en ressources humaines, recruteur et associé de Career XRoads, société de conseil en recrutement de Kendall Park (New Jersey), ne recommande pas d’omettre des réalisations importantes, mais ajoute que l’omission peut être indiquée, dans certains cas : « Si les réalisations ne laissent aucun doute sur des facteurs comme la religion, la race ou l’âge, il vaut peut-être mieux présenter les choses autrement. »

Ainsi, vous avez occupé un poste de direction au sein d’un organisme politique ou religieux, mais décidez de ne pas dévoiler ce renseignement à des employeurs éventuels. Vous pourriez indiquer que vous étiez membre de la direction d’un groupe local de services ou de pression. Cela vous permet de mettre l’accent sur la réalisation tout en taisant le nom de l’organisme. Bien entendu, la décision est très personnelle et vous pouvez tout aussi bien décider de fournir des détails. Cela peut s’avérer utile pour éviter d’avoir un trou dans la chronologie professionnelle, ou si l’ajout de l’information vous permet de décrocher le poste désiré.

Par contre, il faut se rappeler que le principal objectif du curriculum vitae est la convocation à une entrevue, ce qui est devenu de plus en plus difficile au cours des dernières années. « À moins que le CV ne s’adresse à un organisme politique ou religieux, songez à omettre les réalisations dans ces domaines », suggère M. Weitzman.

Information confidentielle

L’ajout de faits quantifiables au sujet de vos réalisations est important, mais il est tout aussi essentiel de ne pas dévoiler de renseignements confidentiels au sujet d’une entreprise. Il faut omettre les réalisations qui incluent des données financières, des méthodes de production, des plans d’entreprise ou de marketing ou tout autre renseignement que l’employeur considérerait comme un secret commercial, dans le cas où un concurrent lirait votre CV. Sachez trouver l’équilibre entre la divulgation d’information confidentielle et le silence sur des réalisations concrètes, en indiquant, par exemple, une hausse exprimée en pourcentage plutôt que des recettes précises.

« L’Information qui se trouve dans les rapports annuels est publique et il n’y a pas de mal à l’utiliser. Je recommande cependant à mes clients qui travaillent pour des sociétés fermées de faire preuve de discrétion. En effet, il se peut que votre employeur ou l’employeur éventuel se demande pourquoi vous divulguez de l’information confidentielle », soutient Weitzman.

Donnez-nous votre opinion!

Back to top