La maison est-elle devenue le nouveau bureau?

La maison est-elle devenue le nouveau bureau?

Télétravail

Par Joe Issid
Collaborateur de Monster

Le télétravail n’est plus, pour ainsi dire, un nouveau concept. Grâce à la propagation généralisée de l’Internet et à l’omniprésence des VPN (réseaux privés virtuels), les gens sont en mesure de travailler efficacement à distance depuis plusieurs années. Mais les répercussions de cette pratique sont encore assez méconnues et souvent considérées avec scepticisme par les employeurs et leurs employés. Toutefois, des recherches récentes ont tenté de lever le voile sur les avantages du télétravail pour une entreprise et ses ressources. Comme propriétaire d’une petite entreprise, je suis très bien placé pour témoigner de ce changement de paradigme qui s’est opéré au cours de la dernière décennie.

On a beaucoup écrit sur le milieu de travail moderne et une myriade d’études ont été réalisées pour expliquer comment stimuler la productivité sans influer sur l’attrition. Mais que savons-nous au juste du nombre croissant de personnes qui travaillent de chez eux (à temps partiel ou à plein temps)? Selon Statistique Canada, 1,8 million (11,2 %) d’employés canadiens ont travaillé de la maison en permanence en 2008, une hausse de plus de 10 % par rapport à 2000. De même, 1,8 million de travailleurs canadiens autonomes ont également travaillé de chez eux, mais ce chiffre représentait près de 60 % du total de télétravailleurs, en hausse de plus de 50 % depuis 2000.

À titre de travailleur canadien autonome, je fais partie de cette dernière catégorie. Non seulement je gère ma petite entreprise dans le confort douillet de ma maison, mais j’ai également recours à une petite équipe de personnes qui travaillent eux aussi à distance. Sans compter une importante équipe de pigistes qui contribuent régulièrement à mes activités. Chose incroyable, je n’ai jamais rencontré un seul de ces collaborateurs en personne et pourtant, mon entreprise n’en continue pas moins d’utiliser leurs précieux services.

Rien de surprenant donc à ce que la raison la plus souvent citée par les répondants de cette étude (25 % en tout) était que le travail de la maison était une exigence du poste. De toute évidence, ce pourcentage de plus en plus élevé témoigne d’une volonté plus nette des entreprises à renoncer (du moins en partie) au milieu de travail classique en faveur de bureaux à distance installés à la maison. Il semble que les motifs soient de nature économique : en effet, les entreprises peuvent réduire considérablement les coûts associés à l’immobilier en faisant travailler leurs employés de chez eux. Cependant, nombreuses sont les entreprises qui hésitent à franchir ce pas par crainte d’une baisse prononcée de la productivité.

C’est tout à fait mon cas. Je recherche toujours des employés qui ont déjà travaillé à la maison et ont manifesté le désir de travailler en solitaire. Je ne peux pas offrir un milieu de travail centralisé, car c’est une exigence difficile à satisfaire. Comment savoir si mes employés sont productifs? La vérité, c’est que je l’ignore. Mais des études récentes tentent de faire un peu la lumière sur la question.

Selon Stephen J. Dubner, de Freakonomics.com, la plupart des entreprises n’ont pas la moindre idée du taux de productivité réel de leurs employés travaillant à la maison. James Liang, fondateur et président de Ctrip, un important site Web chinois spécialisé dans les voyages, a fait équipe avec Nicholas Bloom, un économiste de Stanford, pour répondre à cette question. Leurs conclusions ont été publiées dans un rapport en juillet 2012.

Il ressort que la productivité des télétravailleurs a en fait augmenté de 13 % au cours de la période d’évaluation de neuf mois. Cette hausse s’explique en partie (8,5 %) par un nombre supérieur d’heures de travail (attribuable à des pauses plus courtes et à des congés de maladie moins nombreux). On pourrait aussi spéculer sur le fait que cette efficacité accrue découle de l’absence de distractions normalement associées à un bureau animé. M. Bloom, co-auteur de l’étude, déclare : « Un bureau est très bruyant. On entend le type d’à côté parler au téléphone ou la collègue d’en face qui fond en larmes parce que son petit ami vient de la laisser. Épouvantable pour la concentration! »

De plus, ceux qui travaillent de chez eux font preuve d’une bien plus grande ponctualité, à l’arrivée comme au départ. Comme ils n’ont plus à subir les affres des déplacements entre la maison et le travail ni à composer avec la culture négative du milieu de travail, les télétravailleurs abattent plus efficacement leur boulot et en retirent une plus grande satisfaction personnelle.

Sur la foi de ces conclusions, il n’est pas surprenant que le taux d’attrition des télétravailleurs ait reculé de 50 % au cours de la période de neuf mois. Comme employeur, c’est le genre de constatations qui permettent d’établir une façon de maximiser la productivité des employés et d’attirer et de conserver potentiellement de meilleurs candidats.

Bien que mon entreprise soit trop petite pour offrir ce genre de statistiques pertinentes, les taux d’attrition sont faibles et il m’arrive rarement d’avoir à semoncer un membre de mon équipe pour ne pas avoir fait son travail. Avec des outils de communication extrêmement abordables (souvent gratuits), les propriétaires de petites entreprises ont tout intérêt à adopter le modèle du travail à la maison.

Certes, l’esprit de camaraderie et le côté humain du milieu de travail me font certainement défaut. Mais les taux de productivité et de conservation de mes équipiers sont très élevés et ne me coûtent pour ainsi dire rien. Tant que tout ce beau monde est heureux et produit un travail de qualité, il devient de moins en moins pertinent de savoir où ce travail a été réalisé.

Le travail à la maison ne convient pas nécessairement à tous. Pour des questions culturelles ou sociales, certains pourraient trouver cela hors de l’ordinaire ou avoir de la difficulté à s’adapter. Et c’est très bien. Cependant, si vous tenez compte des avantages et autres solutions que cette option vous apporte à long terme, vous réaliserez sans doute qu’un milieu de travail moins stressant dans le confort de votre salon vous facilitera la tâche et rendra votre travail plus agréable.